Logo


Précédents programmes




           


Buxtehude Jesu, meines Lebens Leben

Premiers concerts en Mai 2015

1ère Partie
2ème Partie

Wolfgang Carl BRIEGEL (1626-1712)

Auff der Heilige drey Könige

CATB, Basso solo, 2 vl, bc

Sonate ou canzone

Franz TUNDER (1614-1667)

Dominus illuminatio mea

CCATB, Alto solo, 2 vl, bc

Giacomo CARISSIMI (1605-1674)

Jonas

CATB/CATB, CATB soli, 2 vl, bc

Johann Melchior GLETLE (1626-1683)

Litaniae Lauretanae primae

CCATB, CCATB soli, 2 vl, 3 tbn, bc

Sonate ou canzone

Claudio MONTEVERDI (1567-1643)

Beatus Vir

CCATTB soli, 2 vl, 3 tbn, bc

Dieterich BUXTEHUDE (ca1637-1707)

Jesu meines Lebens Leben

CATB, CAT soli, 2 vl, 3 tbn, bc

Sonate ou canzone

Matthias WECKMANN (ca1616-1674)

Es erhub sich ein streit

CCATB soli, CATB, 2 vl, 3 tbn, bc






AccueilLa Compagnie des Humbles Aube Musique ancienne Musiciens invités Concerts Contact Liens






Regards croisés
Concerts:

Troyes, Chapelle du Lycée St Joseph, Dimanche 8 juillet 2012 à 16h00
Montier-en-Der, Abbatiale St Pierre & St Paul, Samedi 25 mai 2013 à 20h30


La Compagnie des Humbles

poursuit son exploration de la musique du XVII siècle avec une nouvelle programmation centrée autour de la thématique du dialogue.

  

La première illustration en est une série d’œuvres pour double-chœur composées sous la forme du style concertant.

 Au début XVII siècle, nait à Venise le stilo concertato où les chœurs de la Chapelle Saint Marc, face à face, se répondent en Cori Spezzati. Dans le dialogue musical, les émotions qui nourrissent l’écho des voûtes croisent les regards des musiciens et des fidèles. Cette nouvelle expression traverse les frontières et s’immisce jusqu’au plus profond de l’Allemagne luthérienne.

 

Les oeuvres présentées au cours de la première partie seront :

  • Jacob HANDL : Quo mihi crude dolor
  • Michael PRAETORIUS : Nun komm, der Heiden Heiland
  • Jacob HANDL: Duo seraphim
  • Johannes ECCARD: Wir singen all mit Freudenschall
  • Claudio MONTEVERDI: Ave maris stella (Vespri della Beata Virgine)
Dans un second temps, c’est la forme imagée du dialogue culturel qui est interprétée

 
La Missa « sopra l’aria de la Monica » (sur l’air de la moniale) de Girolamo FRESCOBALDI doit son nom à une chanson très populaire en Europe occidentale et méditerranéenne du XVI au XVIII siècle dont l’origine est probablement italienne : Madre, non mi far monaca.

 L’histoire est celle d’une jeune fille forcée par sa mère à entrer au couvent, thème récurrent de la littérature populaire italienne du Moyen-âge à la Renaissance.

L’air est présent dès le XVI siècle dans les tablatures de luth et guitare et dans les recueils de danses où il y est intitulé « allemande ».

En France, il est connu par la chanson « Une jeune fillette », tandis qu’en pays alémaniques, il se répand grâce au choral chrétien « Von Gott will ich nicht lassen » puis dans les livres d’hymnes luthériens sous le titre « Helft mir Gottes Güte preisen ».







Ce programme illustre l’influence de Venise dans l’histoire de la musique des XVII et XVIII siècles. Les compositeurs allemands ont été nombreux à venir recevoir l’enseignement des Maîtres de la Sérénissime depuis le milieu du XVI jusqu’à la fin du XVII siècle. Les bouleversements apportés par les compositeurs vénitiens sont les fondements de la musique des XVII et XVIII siècles : usage de la basse continue, disposition en Cori Spezzati, mise en valeur de la ligne mélodique et du contrepoint, structuration du discours de la musique qui se veut désormais « représentative ». Le choix de ces œuvres repose également sur le dogme de l’Eglise chrétienne de l’époque. L’Homme constate sa pauvre condition (Domine ne in furore tuo), puis après avoir clamé sa confiance (Adoramus te, O lieber Herre Gott), l’apaisement lui est donné par la parole divine (Fürchte dich nicht). Alors, l’âme change et perçoit toute la puissance et la bonté de son Créateur (Magnificat). Les tourments deviennent alors légers (Unsere Trübsal) et le Royaume des Cieux révélé s’étend sur Terre (Die Himmel erzählen). 2 chants de gloire viennent célébrer le rachat de l’Homme.
1ère partie 2ème partie

Orgue et/ou viole
Domine ne in furore tuo (C. Monteverdi)
Adoramus te (C. Monteverdi)
O Lieber Herre Gott (H. Schutz)
Orgue et/ou viole
Furchte dich nicht (J. Chr. Bach)

Magnificat (C. Monteverdi)
Unsere Trübsal (J. L. Bach)
Die Himmel erzählen die Ehre Gottes (H. Schutz)
Orgue et/ou viole
Singet dem Herrn (J. Pachelbel)
Jauchzet dem Herrn (J. Pachelbel)


Accueil La Compagnie des Humbles Aube Musique ancienne Musiciens invités Concerts Contact Liens